JUNIORE

du 11/04/2020 au 29/10/2020

MONTPELLIER

LE ROCKSTORE

PARTAGER

Juniore grandit.

Après presque trois ans de concerts un peu partout dans le monde, un nouvel album « Un, Deux, Trois », sortira début 2020.

Enregistré par Samy Osta (La Femme, Feu ! Chatterton) ce nouvel album de Juniore est rempli de ces sonorités particulières, de ce savoureux mélange des genres et des époques et de la délicatesse brute qui caractérisent Juniore. Les nouvelles ritournelles continuent d’explorer le monde moderne tel qu’on ne l’imaginait pas tout à fait dans la France des sixties. Un genre de rencontre improbable entre Brigitte Bardot muse et l’univers loufoque des B-52’s - des chansons qui racontent l’époque actuelle dans tout ce qu’elle a de plus anachronique. A travers des slows langoureux, des rythmes qui twistent, Juniore raconte des histoires d’amour et de désamour, sceptiques et convaincues, toujours graves et légères, portées par des mélodies imprégnées des culture 60’s acidulée et teintées de mélancolie apocalypse, un genre de « yéyé noir » dont seul Juniore a le secret.

 

Toujours nostalgique, mais jamais rétro. Avec son charme discret, Juniore n’est pas à un paradoxe près. Mené par Anna Jean, le groupe de garçonnes à géométrie variable n’est pas simplement féministe ni seulement féminin. Sur scène, un personnage fantasque et mystérieux les accompagne. Comme dans un jeu de tarot que l’on bat, pour ce nouvel album, Juniore se produit à trois. « Un, Deux, Trois » Anna Jean chante de sa voix veloutée et partage guitares et claviers avec l’électrique Samy Osta, Swanny Elzingre est lumineuse et toute en forces sensuelles à la batterie.

 

Un projet artisanal - Anna écrit les chansons qu’elle joue avec Swanny et que Samy sublime. Elle dessine aussi les pochettes et assemble les vidéos avec l’aide de ses amis. Et si l’époque yéyé- Françoise, Sylvie et Sheila ne semble jamais très loin de cet imaginaire, elle ne la résume pas pour autant. Les urgences contemporaines se sont infiltrées dans les chansons, au plus profond des textes subtils et des mélodies délicates. Imprégnées de rêves cinéphiles, comme la bande son d’un road-movie inspiré par l’univers fantastique de Sergio Leone, de Romero, Polanski, Carpenter, Tarantino et le monde insensé de Jodorowsky - Juniore raconte ces anecdotes qui résument l’histoire, tirées de faits réels, d’affaires sensibles, d’intrigues quotidiennes, d’évènements ordinaires. Les orgues et les guitares mènent la lecture de ces morceaux qui se déclinent comme une narration en plusieurs chapitres, dans une autre dimension où tous les mélanges seraient autorisés.