TENDRESSE A QUAI

vendredi 9 novembre 2018, 21h00

PARIS 17

STUDIO HEBERTOT

Tarifs CE

Des tarifs réservés au Comités d'Entreprise sont disponibles pour ce spectacle.

Connectez-vous avec les identifiants fournis par votre Comité d'Entreprise pour en profiter !
Si vous n'en disposez pas, parlez-leur de Box.fr

PARTAGER
Catégorie unique
PLACEMENT LIBRE Normal 30,70 €
Vous ne pouvez souscrire à l'assurance annulation que pour 4 billets maximum.
Vous avez dépassé le montant maximum pour souscrire à l'assurance annulation.
Achetez en toute sérénité.
Assurez vous en cas d'impossibilité de vous rendre à cet événement.
Je souscris à l'assurance annulation pour mes billets, dont la prise d'effet est immédiate (débit du montant de l'assurance avec la commande de mes billets).
Voir les conditions générales de l'assurance
Nb de billets : 0
Total : 0
Souscrire à l'assurance :

INFORMATIONS

Tendresse à Quai


Auteur : Henri Courseaux
Metteur en scène : Stéphane Cottin
Avec : Henri Courseaux et Marie Frémont

Durée : 1h30

Tendresse à quai, mise en scène de Stéphane Cottin, de et avec Henri Courseaux et Marie Frémont.

Un conte moderne pétri d’humour, de poésie et d’onirisme qui virevolte dans un kaléidoscope de sentiments. Un hymne à la recherche du bonheur.
Sur un hypothétique quai de gare, Léon Brémont, vieil écrivain en mal d’inspiration, croise une jeune cadre commerciale d’une trentaine d’année. Ils ne l’aborde pas mais cette rencontre fait jaillir en lui un texte dans lequel il imagine la vie de l’inconnue (qu’il baptise Madeleine), ses frustrations et jusqu'aux plus intimes de ses aspirations. Lorsque la jeune femme découvre par hasard ce texte, que l’auteur a publié sur Facebook, elle s’y reconnaît si parfaitement qu’elle décide de s’inviter à l’improviste chez l’ancien prix Goncourt. Ce qui se noue alors entre eux n’est pas seulement une impossible histoire d’amour transgénérationnelle, c’est aussi le tendre affrontement de deux logiques, de deux solitudes assoiffées.
Mais est-ce l’imagination de Léon ou la réalité lorsque Madeleine sonne à sa porte alors qu’il est justement en train d’écrire sur elle ? Est-ce la suite du roman ? Sont-ils tous deux des personnages inventés ou des êtres de chair ? Et si la vie n’était que cela : une traversée des apparences où le réel s’effiloche en fragments dont on ne sait plus s’ils sont vérité ou fantasme ?
C’est un voyage en humanité qu’Henri Courseaux nous propose sur ce quai de gare.
Sa pièce est tissée de son rire, de sa tendresse, de son inextinguible révolte et de son insatiable appétit de vivre..