RODELINDA, OPERA DE GF HAENDEL

samedi 9 mars 2019, 20h00

RIQUEWIHR

Eglise protestante Ste-Marguerite

PARTAGER
Dommage...
La séance est malheureusement annulée !
Restez à l'affût en utilisant régulièrement notre moteur de recherche

INFORMATIONS

Sans doute l'un des chefs-d'œuvre les plus aboutis d'Haendel, riche en imagination dramatique et porté par une grande héroïne. Amour passionnel, deuil impossible et rivalités politiques sont au cœur de cet opéra à découvrir !

Distribution 
Orchestre de la Capella Sacra
Antonio de Sarlo, KonzertMeister
Cyril Pallaud, direction musicale

RODELINDA (soprano)
Anna Patrys (Pl.) 

BERTARIDO (contre-ténor)
Julien Freymuth (Fr.) 

GRIMOALDO (ténor)
Hoël Troadec (CH)

EDUIGE (contre-alto)
Wanda Franek (Pl.)                       

UNULFO (contre-ténor)
Léopold Lagarde (Fr.)                         

GARIBALDO (basse)
Duccio dal Monte (A/It.)  

Synopsis

 

La reine Rodelinda, dont l’époux Bertarido passe pour mort, est contrainte d’accepter la main de l’usurpateur Grimoaldo qui menace, si elle refuse, de tuer son fils. Le traître Garibaldo, qui inspire au tyran ses mauvais desseins tout en espérant lui-même monter sur le trône, convoite Eduige, soeur de Bertarido et fiancée délaissée de Grimoaldo. Bertarido se croit un moment trahi par Rodelinda, mais lorsque la fidélité de celle-ci lui apparaît, il est emprisonné et menacé de mort par Grimoaldo. Bertarido s’évade, Grimoaldo est saisi par le remords, Garibaldo est tué. Bertarido retrouve son épouse et son trône (Fayard – Guide de l’opéra).

 

« Il suffit de savoir qu’autour de Rodelinda, épouse fidèle et femme salvatrice (une Andromaque doublée d’une Fidelio avant la lettre), convergent les enjeux d’amour, de pouvoir ou de mort, sous les traits d’une galerie de personnages. Epoux banni présumé défunt à la reconquête de son royaume (Bertarido), tyran usurpateur briguant la couche nuptiale (Grimoaldo), l’un flanqué d’Unulfo, l’autre de Garibaldo – amis intègres et conseillers plus ou moins vertueux ; Eduige (la femme antidote), sœur aimante de l’ancien roi, amante du nouveau roi vainqueur, aux deux, fidèle et félone à la fois. » (Le Monde – 31 janvier 2002)