RAPHAEL SCHWAB & JULIEN SORO

jeudi 17 octobre 2019, 20h30

ST PAUL EN CORNILLON

EGLISE SAINTE MADELEINE

PARTAGER
Catégorie unique
ASSIS PLACEMENT LIBRE Normal 14,80 €
Etudiant 11,80 €
Jeune / - de 18 ans 11,80 €
Chômeurs 11,80 €
Vous ne pouvez souscrire à l'assurance annulation que pour 4 billets maximum.
Vous avez dépassé le montant maximum pour souscrire à l'assurance annulation.
Achetez en toute sérénité.
Assurez vous en cas d'impossibilité de vous rendre à cet événement.
Je souscris à l'assurance annulation pour mes billets, dont la prise d'effet est immédiate (débit du montant de l'assurance avec la commande de mes billets).
Voir les conditions générales de l'assurance
Nb de billets : 0
Total : 0
Souscrire à l'assurance :

INFORMATIONS

Rhino Jazz(s) 2019 du 27 septembre au 20 octobre

 

LE MARIAGE POÉTIQUE DES TESSITURES

Ils se sont d’abord côtoyés sur les bancs du CNSM (Conservatoire National Supérieur de Musique) de Paris dans la classe jazz du grand Riccardo Del Fra. Puis, ils se retrouvés au sein du fameux big band parisien Ping Machine, l’ensemble de jazz contemporain bouillonnant et novateur dirigé par Frédéric Maurin (désormais chef de l’ONJ – Orchestre National de Jazz), terrain de base à de nombreux projets de traverse.

Justement, c’est là qu’en 2011 naît l’idée d’un duo atypique mêlant le sax alto de Julien Soro (Premier prix mention très bien au Conservatoire) et la contrebasse de Raphaël Schwab qui est aussi le compositeur inspiré de leurs courtes pièces aussi ludiques que mélodieuses. Un dialogue subtil et rare, car peu rencontré, hormis celui de Steve Coleman et Dave Holland dont ils semblent s’inspirer.

Instrumentistes incandescents et improvisateurs malicieux, Soro (Glenn Ferris, Big Four, Kami Quintet, Sweet Dog…) et Schwab (Ping Machine, Le Balcon, Andrew Crockers…) sont mus par le même désir de spontanéité, la même recherche de poésie, et leur complicité fait montre d’une grande liberté non dénuée d’humour au deuxième degré.

Il en résulte des mélodies sensuelles parfois teintées d’un fougueux lyrisme où les compères semblent possédés. Une combinaison de tessitures où le sax alto vient déposer son velours sur l’harmonie et le contrepoint tracé dans l’épure par la contrebasse. Un duo bardé de récompenses qui a été salué par la critique pour son premier album en 2014 avant « Volons ! » en 2016 qui signe leur envol vers une légèreté bienfaisante où tournoient des airs de belle fantaisie, du tango à la valse en passant par la comédie musicale et les rythmes arabo-andalous.