ORCH.NAT.DU CAPITOLE DE TOULOUSE

lundi 9 décembre 2019, 20h30

PARIS 19

PHILHARMONIE DE PARIS

PARTAGER
Catégorie 1
PARTERRE IMPAIR Normal 55,00 €
1er BALCON PAIR Normal 55,00 €
Catégorie 2
2eme BALCON FACE Normal 44,00 €
PARTERRE PAIR Normal 44,00 €
Catégorie 3
2eme BALCON FACE Normal 38,50 €
ARRIERE-SCENE CENTRE Normal 38,50 €
1er BALCON PAIR Normal 38,50 €
Catégorie 4
2eme BALCON FACE Normal 27,50 €
2ème BALCON PAIR Normal 27,50 €
Catégorie 5
2ème BALCON IMPAIR Normal 22,00 €
Vous ne pouvez souscrire à l'assurance annulation que pour 4 billets maximum.
Vous avez dépassé le montant maximum pour souscrire à l'assurance annulation.
Achetez en toute sérénité.
Assurez vous en cas d'impossibilité de vous rendre à cet événement.
Je souscris à l'assurance annulation pour mes billets, dont la prise d'effet est immédiate (débit du montant de l'assurance avec la commande de mes billets).
Voir les conditions générales de l'assurance
Nb de billets : 0
Total : 0
Souscrire à l'assurance :

INFORMATIONS

Concert symphonique
--------------
ORCHESTRE NATIONAL DU CAPITOLE DE TOULOUSE

Grande salle Pierre Boulez - Philharmonie

Durée : environ 1h50 dont 1 entracte


Programme
  •  
  • Franz Liszt
    Concerto pour piano n° 1
    Entracte
  •  
  • Dmitri Chostakovitch
    Symphonie n° 8


Distribution
  • Orchestre National du Capitole de Toulouse
  • Tugan Sokhiev, direction
  • Lucas Debargue, piano

Lucas Debargue est le soliste fiévreux du Premier Concerto de Liszt, morceau de bravoure du répertoire. Tugan Sokhiev et son Orchestre du Capitole de Toulouse s’emparent en deuxième partie de la Symphonie n°8 de Chostakovitch, épopée de fer et de glace.

Le Premier Concerto pour piano de Liszt connut de nombreuses modifications au cours du temps et doit sa gloire à son aspect extraverti, à son panache, mais aussi au rôle inattendu dévolu au triangle. Cette promotion provoqua des protestations : « je ne nie pas qu’il puisse en choquer certains, surtout s’il est frappé trop fort ou de manière imprécise », reconnut le compositeur. La Huitième, deuxième de la trilogie des symphonies de guerre écrites par Chostakovitch entre 1941 et 1945, fut reçue avec chaleur lors de sa création en 1943 mais bientôt mise au pilori par les autorités. La puissance d’évocation de cette fresque ténébreuse l’a néanmoins réinstallée à sa juste place : celle des toutes premières du XXe siècle.



Coproduction Orchestre National du Capitole de Toulouse, Philharmonie de Paris