OBOY

vendredi 7 février 2020, 20h30

MARSEILLE

L'AFFRANCHI

PARTAGER
Catégorie unique
DEBOUT Normal 15,00 €
Vous ne pouvez souscrire à l'assurance annulation que pour 4 billets maximum.
Vous avez dépassé le montant maximum pour souscrire à l'assurance annulation.
Achetez en toute sérénité.
Assurez vous en cas d'impossibilité de vous rendre à cet événement.
Je souscris à l'assurance annulation pour mes billets, dont la prise d'effet est immédiate (débit du montant de l'assurance avec la commande de mes billets).
Voir les conditions générales de l'assurance
Nb de billets : 0
Total : 0
Souscrire à l'assurance :

INFORMATIONS

OBOY vient de Villeneuve-Saint-Georges dans le 94 et "OMEGA" est son premier album après le 8-titres Southside l'an dernier, déjà adoubé par la presse - des Inrocks à Booska- P - et par le public - plus de 20 millions de streams. Depuis son premier projet "Olyside" en 2016, le rappeur de 22 ans est resté fidèle à son style de bluesman de la cité, de voyou mélancolique, sauf qu'il a progressé à vitesse accélérée et que sa palette de flows et d'ambiances s'est considérablement enrichie.
Réalisé par le collectif de beatmakers Le Side, connu pour avoir travaillé avec Aya Nakamura, OMEGA est un vrai colosse musical, où la voix rugueuse et brûlante d'OBOY est servie par des instrumentaux maximalistes. On connaissait déjà “Alpha”, “R10” et “Boy”, on découvre ici entre autres dingueries “Wu-Tang”, “Lazer/Champagne”, “Avec toi”, “Je m'en tape” (ft. Aya Nakamura et le Néerlandais Dopebwoy).
Trap, cloud, R&B de Toronto, grime londonien, afro : l'équipe sait tout faire, les sons chargés de détails et de doubles fonds ont été fabriqués avec un soin maniaque. Les syllabes du rappeur ricochent exactement là où il faut sur ces beats haut de gamme, dignes des meilleurs prods américaines ou anglaises. OBOY parle de la rue, d'amour, de tristesse, et se confie sur un quotidien sombre dont il s'émancipe peu à peu, sans pour autant parvenir à s'en détacher entièrement.
Aya Nakamura et Dopbewoy sont les seuls invités de cet album, et OBOY réussit sans problème à imposer seul son univers. On est fasciné par l'aisance naturelle de son débit et par la richesse des styles. Après ce premier opus plus que prometteur, il a déjà commencé à bosser sur le suivant : “Jusqu'à ce qu'on me dise qu'il faut arrêter et partir du studio, pour moi un son n'est jamais assez taffé” : la suite s'annonce donc encore plus lourde que ce projet déjà mastodonte.

*Attention: Les personnes n'ayant pas la carte d'adhésion à l'Affranchi 2020 devront s'acquitter de 2€ en plus sur place.