NICOLAS JULES

samedi 9 mars 2019, 20h30

CHARTRES

TH. DU SEUIL - CHAPELLE ST JULIEN

PARTAGER
Trop tard...
La séance n'est plus réservable !
Vérifiez si votre artiste repasse dans les parages en utilisant notre moteur de recherche.

INFORMATIONS

Nicolas Jules appartient à cette conspiration de poètes qui tordent le rock comme d’autres tordirent les vers.Tour à tour drôle, émouvant, déroutant et bien souvent tout à la fois, ce poète, comédien, chanteur est tout simplement surprenant. Ses textes sont fins et ciselés, sur des musiques lorgnant davantage sur le blues crasseux que sur la joliesse polie d’une chanson française aseptisée. 

« L’amour avoué est-il à moitié pardonné ? ». Le flamboyant Nicolas Jules, joueur de mots précis et malicieux, continue à mener un incroyable sabbat avec ses chansons nourries de chassés-croisés amoureux. Avec « crève-silence », le 5ème album de cet artiste radical, il creuse un peu plus le sillon d’un surréalisme joyeux. Façonnant à sa manière des chansons distinguées, il voyage en des contrées connues de lui seul.

Artisan appliqué d'une chanson souvent décalée, il dégaine une belle voix grave et une écriture en suspension, mettant les mots et les notes, en équilibre précaire. Il ménage ses effets et ses souffles, crée une petite dose de suspense, une once de dramaturgie. Et a le mérite de sortir des chansons toutes tracées. La densité de l'univers n'est pas sans rappeler celui d'un Nick Cave. Ses aspects terriens, plantés, lui confèrent une solidité nouvelle. Quant à la chaleur des arrangements, elle l'éloigne de ce son néo-­eighties tellement en vogue ces temps-ci. Plus charnu. 

"Il ne cède rien ni à la mode ni à la facilité"TELERAMA

"Il est vivant et drôle, sait mettre en scène des émotions simples, sans tomber dans le pathos; et surtout, phénomène rare, Nicolas Jules ne ressemble à personne"LIBERATION

"Un personnage très poétique mais pas d'une poésie facile"FRANCE CULTURE

"Un spectacle où l'on rit beaucoup (...) et où résonne parfois une autre voix, plus profonde, plus nostalgique, plus sombre" L'EXPRESS