MELISSA LAVEAUX + 1ERE PARTIE

vendredi 4 octobre 2019, 20h30

ORLEANS

L'ASTROLABE

PARTAGER
Prix unique
DEBOUT Normal 22,80 €
Vous ne pouvez souscrire à l'assurance annulation que pour 4 billets maximum.
Vous avez dépassé le montant maximum pour souscrire à l'assurance annulation.
Achetez en toute sérénité.
Assurez vous en cas d'impossibilité de vous rendre à cet événement.
Je souscris à l'assurance annulation pour mes billets, dont la prise d'effet est immédiate (débit du montant de l'assurance avec la commande de mes billets).
Voir les conditions générales de l'assurance
Nb de billets : 0
Total : 0
Souscrire à l'assurance :

INFORMATIONS

MÉLISSA LAVEAUX (HAÏTI – CANADA / POP-FOLK)
 
Originaire d’Haïti, élevée au Canada et vivant à Paris, Mélissa Laveaux est riche d’influences multiples : après deux albums qui naviguaient entre folk langoureuse et pop percutante, elle célèbre aujourd’hui ses racines créoles dans « Radyo Siwèl », un album qui explore et revisite le répertoire traditionnel haïtien fait de chants populaires, de cantiques pastoraux et d’hymnes solennels appartenant aux cultes vaudous et chrétiens, de “mereng” et de “Bann Grenn Siwèl” ces orchestres de rue tout en cuivres et percussions, auxquels Mélissa mêle la modernité pop et rock indé qu’on lui connait, pour un résultat lourd et percussif !   
 
« Radyo Siwèl » est une plongée musicale et historique dans les racines de la chanteuse. La première voix qu’elle entend sur un tourne-disque est celle de Martha Jean-Claude, qui chante depuis Cuba, des chansons datant d’une ère moins connue de l’histoire haïtienne – celle de l’Occupation américaine de 1914-1935. En grattant un peu, elle apprend que Martha emprunte ces chants à Emerante de Pradines et son père Kandjo, ainsi que des musiciens classiques Frantz Casséus et Ludovic Lamothe. Ceux-ci ont contribué à l’établissement d’un riche répertoire de musiques folkloriques revendiquant le retour à l’indépendance du pays, célébrant la beauté de l’héritage culturel haïtien et critiquant la violence de la présence militaire américaine qui utilise la propagande pour justifier sa maltraitance des Haïtiens qu’ils diabolisent tout en les soumettant à une corvée.   
 
Avec son timbre de voix unique, juvénile et sensuel à la fois, Mélissa Laveaux nous rappelle que la musique est un symbole de résistance pour les colonisé-e-s, un cri de ralliement, un moyen d’exister. Elle nous fait découvrir à travers sa musique un petit pays à l’histoire complexe et à l’identité musicale plurielle, entre esclavagisme colonial, culture vaudou et mélanges ethniques.