MAHRNIE + EHLA

mercredi 13 mars 2019, 20h30

PARIS 18

LES TROIS BAUDETS

PARTAGER
Trop tard...
La séance n'est plus réservable !
Vérifiez si votre artiste repasse dans les parages en utilisant notre moteur de recherche.

INFORMATIONS

Mahrnie

Considérant l’art comme une vitrine pour dénoncer les travers de notre monde, Mahrnie signe ses chansons d’une écriture engagée, militante et poétique. Artiste touche à tout, elle confectionne entièrement seule son premier clip Sauvage, qui traite des violences faites aux femmes. Avec un univers profond et dans une ambiance cinématographique, celle qui a emprunté son nom de scène à son cinéaste favori Hitchcock, s’exprime sans tabou. Musique, cinéma, théâtre, danse : bienvenu dans l’univers de Mahrnie.

Ehla

Ehla c’est une voix douce et feutrée, dotée d’un phrasé précis et d’une belle capacité à faire rebondir les mots ; un écrin musical sur mesure : une guitare entêtante, une basse et une rythmique qui assure le groove, le tout enveloppé par des nappes de synthés analogiques. Une musique à son image sensible et forte à la fois. Des titres entrainants, des paroles qui évoquent l’instabilité humaine et ses failles. Une façon pour elle, de partager ses états d’âme et de dédramatiser le quotidien.

A PROPOS DE LA SALLE

S'élevant entre Pigalle et Blanche, à l'angle du boulevard de Clichy et de la rue Coustou, les trois baudets se lovent derrière la façade Art déco d'un immeuble au carrefour des légendes du 18ème ardt de Paris.  À la faveur d'une marquise de verre, l'entrée des trois baudets accueille son visiteur. La salle Jacques Canetti possède une jauge de 250 places, dont deux tiers assises. Conçue comme l'écrin idéal pour la mission que se proposent de remplir les trois baudets, elle est bâtie sur le principe de la boîte dans la boîte: un caisson, monté sur ressort, sans contact avec l'immeuble afin d'éviter la propagation des ondes sonores. Quatre sas permettent au public de pénétrer dans l'enceinte musicale, la désormais fameuse “boîte à chansons".

La scène en éventail de 30 m2, d'où émerge la rampe d'escalier de l'accès artiste, est le point de convergence, non seulement de la salle mais aussi de tout les trois baudets. À la fois cœur et âme de la boîte à chanson, ces planches recevront désormais les jeunes talents de la chanson francophone. Le mur rouge arrondi constitue le poumon de la salle. Des bergeries, garnies de banquettes, viennent accueillir à fleur de scène le public debout. Le balcon est disposé sur le même principe que l'étage inférieur de la salle et ses premiers rangs sont consacrés à la régie mobile. Les confortables sièges rouges, disposés en arc de cercle à partir de la scène, permettent au spectateur d'être au plus près de l'artiste, sans tenir compte d'un placement particulier.

Au premier étage, le bar et le restaurant sont situés dans le même espace, au premier étage, dans une salle aménagée pour le confort des amis du club chanson. Banquettes, miroirs, lumières diffuses, tout y est jusqu'au plafond, lui-même étudié pour éviter les résonances qui gênent trop souvent les dîneurs.