LE GROS DIAMANT DU PRINCE LUDWIG

vendredi 16 novembre 2018, 20h30

PARIS 09

LE PALACE

Tarifs CE

Des tarifs réservés au Comités d'Entreprise sont disponibles pour ce spectacle.

Connectez-vous avec les identifiants fournis par votre Comité d'Entreprise pour en profiter !
Si vous n'en disposez pas, parlez-leur de Box.fr

PARTAGER
CARRE OR
PARTERRE Normal 49,50 €
Etudiant 39,50 €
Promotion 32,50 €
Catégorie 1
PARTERRE Normal 39,50 €
Etudiant 31,50 €
Promotion 29,50 €
Catégorie 2
BALCON Normal 34,50 €
Etudiant 27,50 €
Promotion 25,00 €
PARTERRE Normal 34,50 €
Etudiant 27,50 €
Promotion 25,00 €
Catégorie 3
BALCON Normal 24,00 €
Etudiant 19,50 €
Promotion 19,50 €
PARTERRE Normal 24,00 €
Etudiant 19,50 €
Promotion 19,50 €
Vous ne pouvez souscrire à l'assurance annulation que pour 4 billets maximum.
Vous avez dépassé le montant maximum pour souscrire à l'assurance annulation.
Achetez en toute sérénité.
Assurez vous en cas d'impossibilité de vous rendre à cet événement.
Je souscris à l'assurance annulation pour mes billets, dont la prise d'effet est immédiate (débit du montant de l'assurance avec la commande de mes billets).
Voir les conditions générales de l'assurance
Nb de billets : 0
Total : 0
Souscrire à l'assurance :

INFORMATIONS

Le gros diamant du Prince Ludwig

Molière de la meilleure comédie 2018, Le Gros Diamant du Prince Ludwig c'est un film de cinéma reconstitué au Théâtre ! 

On vous embarque dans l'Amérique des années 50 avec des effets et des cascades dignes d'Hollywood. Vous sortirez du Palace la tête à l'envers !
Onze comédiens survoltés, trente costumes et six décors impressionnants qui se déploient sous vos yeux, le tout sur une bande originale jouée en live !
Vous vivrez un voyage cinématographique et euphorisant ! Une parodie de théâtre de boulevard aux allures de cartoons !

Durée : 90 minutes 

 Auteur : Henry LEWIS, Jonathan SAYER et Henry SHIELDS 
 

Comédiens en alternance: Aurélie de Cazanove, Guillaume Collignon, Pierre Dumur, Lionel Fernandez,  Stephan Imparato, Jean Marie lecoq,  Miren Pradier, Pascal Provost et Nicolas Reynaud.

Musiciens en alternance: Jean Baptiste Artigas, Erick Borelva, Xavier Ferran, Julien Pouletaud et Mano Razanajato.

 

“Parodie débridée et Jubiltoire” LE PARISIEN

"Outrageusement drôle" L'OFFICIEL DES SPECTACLES

“La Marrade !Marinée à la sauce Monty Python!” PARIS MATCH

“Une débauche d’effet dignes d’Hollywood” C NEWS

“Un succès pas volé” LE JOURNAL DU DIMANCHE


“Merveille de rythme et d’invention” A NOUS PARIS

“Explosif !” PUBLIC

“Un trophée amplement mérité”. ELLE

“Les rouages du burlesque s’emboîtent à merveille” L'EXPRESS

“Ovni de théâtre où se croisent les influences de Feydeau, du Grand Blond avec une chaussure noire, des Ripoux mais aussi de Tex Avery et de Benny Hill.” VANITY FAIR

“Dans Le Gros Diamant du Prince Ludwig, l’équipe des Faux British confirme son talent” LE FIGAROSCOPE

 

“Comment résister ?” FEMMES ACTUELLES

“Un réjouissant moment visuel, avec des surprises de mise en scène” TELERAMA

 

"Vous allez vous régaler" TELEMATIN/FRANCE 2

"Mise en scène spectaculaire" FRANCE 3

“Savoureux croisement entre le vaudeville te la parodie de film d’action” ENTREE LIBRE FRANCE 2

“des comédiens épatants, une troupe extrêmement brillante” VIVEMENT DIMANCHE

"Bijou de comédie" M6

“les décors se déplient à la manière des livres Pop-Up pour enfants” BFMTV

 

 

A PROPOS DE LA SALLE

Le Palace a été, de 1978 à 1983, un endroit parisien à la mode où se sont cristallisées les relations entre la mode, la musique, le « chic parisien » et la culture underground.

Le lieu a une histoire mouvementée. Il ouvre ses portes, selon les sources, en 1912. Devenu salle de cinéma en 1946, après la 2nde Guerre mondiale, il récupère son nom d'origine : Le Palace. De 1975 à 1978, il redevient un théâtre.

Ensuite, le lieu est racheté par un des personnages de la nuit parisienne, Fabrice Emaer. Celui-ci y effectue d'importants travaux, recomposant le décor initial des années 30. Le 1er mars 1978, Fabrice Emaer ouvre cet espace.

Très vite, Le Palace devient l'endroit à la mode et la discothèque la plus (et la mieux) fréquentée de la capitale. Les soirées à thèmes s'y succèdent et on y réinvente un style oublié, le bal.  Le Palace est pour la fin des années 1970 et le début des années 1980, un lieu mythique, très lié à la musique pop et à l'émergence de la culture gay. Mais Fabrice Emaer tombe malade. Le Palace décline et ferme une 1ére fois en 1982. Terrassé par un cancer des reins, Fabrice Emaer meurt en 1983. C'est la fin d'une époque...

Le Palace est repris par d'ex-associés de Fabrice Emaer mais au fil des ans les dettes s'accumulent. A plusieurs reprises, des trafics de stupéfiants conduisent à la fermeture administrative du lieu pour des périodes de trois à six mois. En 1992, Régine elle-même, ancienne "rivale" dans la nuit de Fabrice Emaer, essaie de reprendre le site, suivie en 1994 par le couple Guetta qui tente de le relancer relooké et rebaptisé Kitkat.

Le lieu ferme définitivement en 1996. En novembre 2006, Chantal et Francis Lemaire, ont racheté la salle.

Les travaux de restauration du Palace commencent en février 2007 sous la houlette des Monuments Historiques. L'objectif est de restituer le décor du théâtre d'origine, tel qu'il a été construit en 1923, avec les aménagements techniques et la fonctionnalité d'une salle de spectacle moderne.

Des centaines de mètres carrés de fresques et de peintures au pochoir et de moulures décoratives sont décapés et reconstitués centimètre par centimètre, sur un chantier pharaonique.

Après sa réhabilitation, Le Palace a ouvert (970 places) pour y accueillir dès 2008 le retour de Valérie Lemercier sur les planches.