JEANNE CHERHAL le jeudi 23 janvier 2020

JEANNE CHERHAL

jeudi 23 janvier 2020, 20h30

BORDEAUX

THEATRE FEMINA

Trop tard
La séance est terminée !

INFORMATIONS

JEANNE CHERHAL

Asterios Spectacles présente

Elle n’est pas de celles qui se contentent de suivre la voie toute tracée. Au contraire : elle se réinvente au gré de virages dont elle seule a le secret.
Fin 2017, après près de quatre ans de tournée, Jeanne Cherhal décide de s’absenter, avec l’espoir de pouvoir s’adonner à quelques plages vacantes. Mais son piano la rappelle presqu’aussitôt. Et puis, il y a ces 40 ans qui lui inspirent des « mots-bilan » (un bilan pour le moins heureux, épanoui). 40 ans : « ce beau point d’équilibre entre ce qu’on a déjà accompli et tous les possibles encore à venir ». On l’aura compris : à peine revenue de ses trois tournées successives, Jeanne Cherhal se sent convoquée par un nouvel album. Elle entreprend d’écrire une chanson par mois jusqu’à ce que… l’album s’en suive. Elle appelle ça ses « aquariums » : partir seule une semaine par mois (La Réunion, le sud de la France, l’Auvergne…) et revenir chaque fois avec un morceau. Et les voilà ces dix nouveaux titres : elle en signe les arrangements et en confie la réalisation à Seb Hoog. Le disque est enregistré entre Paris et Los Angeles où elle pourchasse ses rêves en sollicitant deux batteurs qu’elle admire et un chœur gospel sous le soleil californien.
Alors voilà : c’est reparti. Elle a hâte, tellement hâte. C’est un retour en groupe, avec deux pianos qu’elle souhaite voir jouer en même temps, en traque d’une « sorte de transe ». Au programme : être libre de défier les formats, plus que jamais, s’astreindre à être toujours plus surprenante… Cette tournée promet d’être très « musicale », selon ses vœux, même s’il n’est pas question de laisser sa voix en coulisses, bien au contraire. Jusqu’où ira-t-elle ? Réponse le 3 décembre 2019.Informations, réservations, 

Réservations PMR :0972.392.999

A PROPOS DE LA SALLE

Le théâtre FEMINA à Bordeaux depuis 1921

Créé en 1921, sa première vocation fut celle d'un théâtre et d'une salle de spectacle. Il a reçu à ce double titre, les plus grandes célébrités de l'époque.

Avec la montée cinématographique des années 30-40, il est rapidement devenu une des plus grande salle de cinéma de Bordeaux.
Fait particulier pour cette salle : alors que dans les années 75 ses congénères se morcellent en complexes cinématographique, le FEMINA reste identique à lui-même.
À cette même époque, de nouveaux aménagements mettent au goût du jour sa façade et son hall d'accueil. La salle de 1200 places peinte dans les tons crème et or, scandée de pilastres à chapiteaux dorés encadrant de grands panneaux à fond vert, est rénovée scrupuleusement dans le respect de l'oeuvre de J. ARTUS. Les fauteuils sont restaurés et habillés d'un nouveau velours rouge.

Au plafond, G. LAREE avait représenté sur la coupole l'apothéose de Pierrot, de la danse et de la musique moderne sur un fond où s'estompe le théâtre FEMINA lui-même. TUFFET avait réalisé les sculptures.
Avec son mélange de styles dosant adroitement le LOUIS XVI et les réminiscences de l'Art Nouveau, le FEMINA reste encore l'un des derniers exemples fastueux de décor éclectique.

Temple du Cinéma pendant plus d'un demi-siècle, l'année 1977 voit la concrétisation d'un accord avec la Mairie de Bordeaux. Grâce à cette union, l'extension de la scène, des loges et de la fosse d'orchestre devint possible et permit à cette élégante et confortable salle de revenir à ses premières amours.

Le Théâtre, l'Opérette, la Comédie, la Danse, la Musique et la Variété bénéficient avec le théâtre FEMINA fort bien situé au coeur de la ville, d'un lieu d'expression convivial et chaleureux où se confonde harmonieusement l'âme de la salle et la magie du spectacle pour la plus grande satisfaction du public.

Jean-Pierre GIL