GUTS + TOO MANY ZOOZ

jeudi 7 novembre 2019, 20h00

RAMONVILLE ST AGNE

LE BIKINI

PARTAGER
Catégorie unique
DEBOUT Normal 22,00 €
Vous ne pouvez souscrire à l'assurance annulation que pour 4 billets maximum.
Vous avez dépassé le montant maximum pour souscrire à l'assurance annulation.
Achetez en toute sérénité.
Assurez vous en cas d'impossibilité de vous rendre à cet événement.
Je souscris à l'assurance annulation pour mes billets, dont la prise d'effet est immédiate (débit du montant de l'assurance avec la commande de mes billets).
Voir les conditions générales de l'assurance
Nb de billets : 0
Total : 0
Souscrire à l'assurance :

INFORMATIONS


C’est d’abord l’idée d’un retour à ses fondamentaux de beatmaker qui s’était installée dans l’esprit de Guts. Un retour aux samplers et au séquençage. Découper, pitcher, filtrer, découper encore, programmer, déconstruire pour mieux construire. Un travail en solitaire à peu près à l’opposé de ce qu’il avait vécu ces trois dernières années et la sortie d’Eternal, un album enregistré avec son Pura Vida Band, puis un show rodé, développé et perfectionné pendant des tournées en France et en Europe.
Alors, ce demi-tour vers le beatmaking, Guts l’a finalement remis en dessous de sa pile d’idées et en a fait remonter une autre, celle de faire un album radicalement différent des précédents.
Expérimental, ensoleillé, qui explorerait toutes ces vibrations venues de l’hémisphère sud que Guts collecte depuis des années en s’adonnant à sa passion du diggin’. Celles avec lesquelles il embrase ses dj sets, celles qu'il a patiemment collectées sur les cinq volumes de ses compilations Beach Diggin’.
Un album afro-tropical.
Pour mener son plan à exécution, Guts s’est adjoint les services de Cyril Atef (co-leader de Bumcello et de Congopunq) et de Ben Wolf (homme de l’ombre pour les légendes africaines Pat Thomas et Ebo Taylor) à qui il a confié une partie des clés de la réalisation. Aux percussions de Cyril et au saxo de Ben, il a conjugué la basse de Kenny Ruby, la batterie de Christiane Prince et le trombone Adélaïde Songeons. La réunion des cinq a donné naissance à son nouveau live band. Un axe autour duquel tous les morceaux ont été pensés et composés. Un totem sur lesquels allaient s’agglomérer par la suite les arrangements et à partir duquel toutes idées supplémentaires allaient être développées.
Un redoutable quintet qui a tracé la route du groove, frayé le chemin dans l’épaisse jungle musicale pour que d’autres musiciens puissent rejoindre le camp de base.
Jowee Omicil, Lameck Macaba, Djeuhdjoah et Nicholson, Pat Kalla, faussant pour l’occasion compagnie au Voilààà Sound System, Draman Dembélé, Black Sage, ou encore Mario Canonge. La sommité du semba angolais, Vum Vum. La souveraine de la samba-soul Catia Werneck. Pinduca alias Le Roi Du Carimbo. L’illustre Nazaré Pereira. Tous sont donc venus prêter main(s) forte(s). Ajouter une dose de cuivres, de guitare, de flûte ou de vibraphone. Tapisser le titre de clavier, faire résonner le boisé du balafon, prendre le micro pour une caresse vocale ou pour se déchaîner à en faire vibrer la cabine. Pour mettre des poèmes en musique ou apporter une pointe d’humour.
Voyager entre Brésil, Caraïbes et Afrique. Perdre le sens de l'orientation dans une transe afro, entre le vrombissement de la basse et les percussions tournoyantes, se déhancher jusqu’à déshydratation sur du funk coriace, onduler en douceur sur un jazz-funk brésilien.
Comme dans un voyage en biplan, contempler Haïti, Trinidad et les Antilles, admirer Cameroun, Guinée et Burkina. Survoler la forêt amazonienne, spectateur de sa luxuriante végétation.
Guts est aux commandes de l’appareil. Sur la carlingue, une fresque colorée et généreuse annonce le nom de ce nouvel album : PHILANTROPIQUES