FRANCOIS GUEDON

vendredi 22 novembre 2019, 20h33

COURNON D AUVERGNE

LA BAIE DES SINGES

PARTAGER
Catégorie unique
PLACEMENT LIBRE Normal 18,80 €
Groupe 15,80 €
Enfant 15,80 €
Etudiant 15,80 €
Chômeurs 15,80 €
Vous ne pouvez souscrire à l'assurance annulation que pour 4 billets maximum.
Vous avez dépassé le montant maximum pour souscrire à l'assurance annulation.
Achetez en toute sérénité.
Assurez vous en cas d'impossibilité de vous rendre à cet événement.
Je souscris à l'assurance annulation pour mes billets, dont la prise d'effet est immédiate (débit du montant de l'assurance avec la commande de mes billets).
Voir les conditions générales de l'assurance
Nb de billets : 0
Total : 0
Souscrire à l'assurance :

INFORMATIONS

« François Rabelais disait dans l’introduction de son Gargantua que « le rire est le propre de l’homme » et j’aime assez l’idée que les grottes de Lascau soient plus recouvertes de dessin de phallus que de théorèmes mathématiques. » Voilà qui donne le ton. Finement gras, François Guédon explique comment le rire permet à l’homme de supporter et dédramatiser les turpitudes de son existence. L’humour, le meilleur des remèdes. Tout le monde connaît les conséquences de « L’Affaire Guédon » : des millions de morts, des émeutes à travers toute la France, un pays à feu et à sang… Et pourtant, tant de questions restent sans réponses : que s’est-il passé dans la tête de François Guédon ce fameux 8 mars 2019 ? Son penchant pour le Cognac est-il en cause ? Le Pr Plougelec avait-il raison ? Tant de questions auxquelles ce spectacle tente de répondre… Œuvrant secrètement à l’improbable réconciliation entre Racine et Booba, François Guédon livre un humour impertinent, sur fond d’enquête et télé réalité.

 

La presse en parle :

 

« Son texte intelligent et talentueux, s'autorise la transgression et l'outrance. Mais si la blague peut être grasse, le rire ne l'est jamais. À découvrir d'urgence. »

Sud ouest

 

“Parce que François Guédon, au-delà de son écriture est un sacré performeur pendant ses 70 minutes de spectacle. Il est à déguster comme un jeune vin bordelais débouché par Rabelais et avalé par Desproges. Cul-sec.”

Charente Libre