ADIEU MONSIEUR HAFFMANN

samedi 29 décembre 2018, 19h00

PARIS

THEATRE RIVE GAUCHE

PARTAGER
CARRE OR
ORCHESTRE Normal 40,50 €
Catégorie 1
ORCHESTRE Normal 31,70 €
Catégorie 2
ORCHESTRE Normal 21,00 €
Vous ne pouvez souscrire à l'assurance annulation que pour 4 billets maximum.
Vous avez dépassé le montant maximum pour souscrire à l'assurance annulation.
Achetez en toute sérénité.
Assurez vous en cas d'impossibilité de vous rendre à cet événement.
Je souscris à l'assurance annulation pour mes billets, dont la prise d'effet est immédiate (débit du montant de l'assurance avec la commande de mes billets).
Voir les conditions générales de l'assurance
Nb de billets : 0
Total : 0
Souscrire à l'assurance :

INFORMATIONS

Adieu Monsieur Haffmann

une pièce écrite et mise en scène par Jean-Philippe Daguerre

avec en alternance Gregori Baquet, Charles Lelaure, Alexandre Bonstein, Julie Cavanna, Franck Desmedt, Charlotte Matzneff et Salomé Villiers
décors : Caroline Mexme - musique : Hervé Haine - lumières : Aurélien Amsellem
costumes : Virginie H - assistant à la mise en scène : Hervé Haine
collaboration artistique : Laurence Pollet-Villard 

 

Paris, 1942. Le port de l’étoile jaune pour les Juifs est décrété. Au bord de la faillite, Joseph Haffmann, bijoutier juif, propose à son employé, Pierre Vigneau, de lui confier sa bijouterie, s’il accepte de le cacher en attendant que la situation s’améliore. Pierre prendra-t-il le risque d’héberger clandestinement son “ancien” patron dans les murs de la boutique ? Et si oui, à quelle condition ?

 

4 MOLIÈRES 2018

-Meilleure pièce du Théâtre Privé
-Auteur francophone vivant : Jean-Philippe DAGUERRE
-Révélation féminine : Julie CAVANNA
-Meilleur comédien dans un second rôle : Franck DESMEDT

 

NOTE DE L'AUTEUR :

Je ne sais pas vraiment d’où m’est venu l’idée de cette pièce :

Sans doute de mes premiers souvenirs d’enfance avec “Bon Papa Alban” qui me promenait pendant des heures dans le cimetière de Montauban. On s’arrêtait devant chaque tombe, il me racontait la vie des morts… et j’adorais ça.
Sans doute de ce "voyage scolaire" à Auschwitz qui m’a éloigné de l’enfance tout en me rapprochant de l’horreur dont sont capables les Hommes.
Sans doute de tous ces amis touchés par la stérilité et qui cherchent par tous les moyens à avoir un bébé.
Sans doute pour chercher à écrire une pièce qui parle d’amour, de courage et de peur… et qui puisse (m’) aider à mieux comprendre le désordre des Hommes.

 
Jean-Philippe DAGUERRE